L’île de Crète

La Crète, île grecque par excellence, est le berceau de nombreuses civilisations du passé, de dieux et de figures héroïques, de poètes, musiciens, écrivains, artistes et révolutionnaires, source d’inspiration pour les dirigeants politiques. Aujourd’hui encore, on trouve aux quatre coins de la Crète des traces de ces grandes civilisations.La Crète a une superficie de plus de 2.300km². Elle fait 260km de long et 60km de large au maximum. L’île possède quatre préfectures : Chania, Réthymnom, Héraklion et Lassithi. Grâce à la variété de ces côtes, la Crète est un paradis pour les nageurs. Ils y trouveront des plages immenses où le drapeau bleu flotte au vent pratiquement partout et des eaux chaudes non polluées. Les plus belles plages se situent à Sougia, au Nord, à l’Ouest de Chania jusqu’à Kolimbari (Phalasarna), au Sud à Elafonissos, sur la presqu’île d’Akrotiri (Stavros), à l’Est de Souda (Almirida et Georgioupoli) et vers Rethymnon (Panormo, Bali, Agia Pelaga, Agia Galini). Entre Agios Nikolaos et Plaka, se trouve la plage de Sitia et vers le littoral oriental, la plage de Vai avec sa palmeraie. Dans le Sud de l’île, les plus belles plages sont celles de Sougia, Paleochora, Loutro et Frangkastello. 

L’île de Crète est une île qui a, au fil des siècles, connu d’innombrables conquérants, en provenance de la Grèce continentale et d’ailleurs et dont les habitants forts et fiers ont développé une farouche résistance. C’est une île de contrastes : elle est composée de chaînes de montagnes majestueuses mais aussi de petits plateaux et collines; la mer s’échoue doucement sur les plages dorées ou s’écrase violemment contre des falaises abruptes. La Crète est le berceau de dieux mythiques et d’anciens rois et a détenu un pouvoir immense et connu des disparitions inexplicables. Ses habitants sont fiers et forts mais sont, dans un même temps, ravi d’offrir la ‘ Filoxenia’ grecque traditionnelle à leurs hôtes (hospitalité).

Crète est la plus grande des îles grecques mais aussi la deuxième plus grande île de la Méditerranée orientale. Il s’agit de l’île située la plus au sud de la mer Egée. Elle est située stratégiquement au carrefour de trois continents: l’Europe, l’Asie et l’Afrique, qui ont, en grande partie, participé à son histoire tumultueuse. Ses côtes sont baignées par la mer de Libye, la mer de Crète, la mer de Myrto et la mer de Karpathos.

creteL’île de Crète est traversée d’est en ouest par une chaîne de montagnes élevée. Ce paysage montagneux est à l’origine de profonds ravins et gorges, des grottes, des vallées et des hauts plateaux, des forêts denses, rivières, cascades et même deux lacs d’eau douce et, bien sûr, un littoral de magnifiques plages de rochers, galets ou sable fin, doré ou blanc. L’île est divisée administrativement en quatre préfectures, La Canée, Réthymnon, Lassithi et Héraklion. Héraklion est la plus grande ville de l’île avec une population d’environ 100000 habitants, et c’est aussi la capitale de la préfecture du même nom.

Bien que la Crete soit à cheval sur deux zones climatiques, celle de la Méditerranée et de l’Afrique du Nord, son climat est plutôt méditerranéen et tempéré. En été l’air est sec et chaud avec des températures moyennes atteignant entre 20 à 30°C, mais pouvant aussi atteindre les 45°C. En fonction de la proximité de la mer, l’humidité peut être élevée. Les hivers sont généralement assez doux, bien que la neige soit fréquente dans les régions montagneuses et les températures peuvent chuter à des niveaux anormalement bas.

Il est possible d’apercevoir de la neige toute l’année sur les sommets des plus hautes montagnes mais il est rare d’en voir dans les régions plus basses. La côte sud de la Crete, où se trouvent la plaine de Messara et la chaîne de montagne Asterousia, se trouve dans la zone climatique de l’Afrique du Nord et est par conséquent beaucoup plus ensoleillée et caractérisée par des températures plus élevées toute l’année.

Les Crétois sont des gens chaleureux, amicaux, ouverts, qui aiment la vie et apprécient la compagnie des autres. Hospitaliers envers les étrangers, les Crétois font tout leur possible pour que ceux qui passent des vacances sur leur île en conservent toujours un souvenir chaleureux. Ayant eu une histoire mouvementée et souvent violente, il n’est pas étonnant que les Crétois défendent activement les valeurs d’indépendance et de liberté, et cela se reflète dans bon nombre de leurs habitudes quotidiennes.

Les crétois respectent les traditions et, par-dessus tout, la famille. Dans les villages les générations se côtoient, enfants et parents cohabitent ensemble ou vivent proche les uns des autres. Yaya se doit d’être robuste et active, c’est elle qui prépare les repas, s’occupe du jardin et du potager. Elle gère la basse-cour, le ménage, la lessive et le repassage. Les parents se sacrifient pour les enfants qui grandissent sans avoir à s’assumer. La jeunesse crétoise des villages ne se soucie guère des études, elle se sait destinée aux travaux de la terre et à l’élevage.

La grande majorité des familles crétoises vivent de l’agriculture, elles possèdent des lopins de terre et sont propriétaires de leur logement. La plupart d’entre elles vivent en complète autarcie et possèdent des oliveraies, orangeraies, basse-cour, chèvres et moutons. Pour elles, peu importe les crises planétaires. Les jeunes gens, les plus courageux, arrondissent leur fin de mois en effectuant des petits boulots au noir. En général, les filles se marient rapidement, quant aux garçons, il est fréquent de les voir rester chez leurs parents pendant des années et même d’y vieillir vieux garçons.

La génération sacrifiée est celle née dans les années vingt. Elle doit souvent se satisfaire de peu, survivant avec des pensions de retraite insignifiante. Heureusement que l’entraide familiale existe !

 

CRETELes habitants de Crete portent une forte importance à la famille et sont très attachés à la culture crétoise, connue dans toute la Grèce et même ailleurs notamment pour ses règlements de comptes claniques notoires, qui sont toujours existants sur l’île. Traditionnellement, les familles nombreuses gardent des fusils crétois à la maison, plus particulièrement dans les zones rurales. Bien que les autorités grecques tentent de réglementer strictement la possession d’armes à l’intérieur du pays, cette action est plus difficile à mettre en place en Crète où la possession d’armes est considérée comme une tradition culturelle. Les Crétois, peuple fier et loyal, sont déterminés à maintenir leurs traditions, coutumes et dialectes crétois vivants.

La langue grecque parlée en Crète est un dialecte crétois distinct, utilisant un vocabulaire spécifique. Lors des rassemblements populaires et des fêtes de village, tout le monde connait les chansons et les danses traditionnelles crétoises et nombreux sont ceux qui peuvent réciter des ‘ Mantinades, poésie idiosyncrasique, et jouer la musique de base d’accompagnement des ‘ Mantinades’, unique en Crete. Il est assez fréquent de voir des habitants porter le costume national lors des fêtes mais aussi au quotidien, notamment les personnes âgées dans les régions les plus reculées de l’île.

Production

olive-arbres creteEn Crète, 3.000 ans av JC, l’olivier est omniprésent. Cet arbre a toujours existé sur l’île, il est vénéré depuis les temps anciens et représenté sur des fresques du Palais de Cnossos. Son huile est qualifiée d’or liquide dans les récits de l’Odyssée. Symbole de paix, ses branches tressées en couronne récompensaient les vainqueurs des Jeux Olympiques. Il faut, entre 5 à 7 ans, à un olivier pour donner ses premiers fruits.

L’olivier peut vivre plus de 600 ans et donne 5 à 10 kg d’huile, selon son âge et la fréquence de l’arrosage et de la pluie. La récolte des olives débute à la mi-novembre et se termine fin mars, au plus tard. Dans la passé, pour récolter les olives, on frappait les branches avec de grands bâtons mais, aujourd’hui, modernité oblige, la plupart des familles possèdent un batteur mécanique. Les olives tombent dans de grands filets disposés sur le sol, autour du tronc. Puis, elles sont mises dans des sacs que l’on amène au pressoir du village ou de la coopérative.

Là, elles sont lavées, débarrassées des impuretés, des feuilles, des brindilles pour être broyées. Ensuite, cette purée est pressée à froid. L’huile est, ensuite, décantée (filtrée) et son acidité est contrôlée, celle-ci doit avoisiner 1%. L’huile, vendue dans les villages crétois, n’est pas industrielle, elle n’est donc pas raffinée. Elle conserve, donc, toutes ces vertus : sa belle couleur naturelle, sa délicieuse saveur et son parfum.

les olive de creteEn Crète, il existe plusieurs variétés d’olives. Dans la région de Chania, on trouve la Tsounati et la Kontroulia. En revanche, au- delà de 800m d’altitude, l’olivier disparaît du paysage. Les Crétois sont des grands consommateurs d’huile, elle fait partie du célèbre régime crétois. Ses qualités sont mondialement connues : prévention des maladies cardio- vasculaires, action sur le mauvais cholestérol. L’huile d’olive est riche en vitamines mais, cependant, comme toute huile végétale, elle est très calorique et en abuser favorise la prise de poids. La rondeur des villageoises crétoises n’est pas un hasard !

L’orange en Crète L’orange serait originaire de Chine. Les Sumériens la découvre et la cultive, à leur tour. Elle est introduite dans le sud de l’Europe et en Crète par les Arabes, aux environs de l’an 1000. Ce n’est, qu’au 14 ème siècle, qu’elle sera appréciée par l’Occident. En Crète, les oranges sont récoltées deux fois par an. La récolte de l’hiver fournit des fruits délicieux, sucrés à souhait et savoureux. La deuxième récolte a lieu en été, les oranges sont, alors, pressées pour être consommée jus frais. Les oranges de Crète n’ont rien à voir avec les oranges que l’on trouve dans nos commerces et les touristes sont conscients de la différence.

La tomate en Crète Ce fruit est arrivé en Europe grâce aux conquistadors espagnols. À l’époque, on disait que ce fruit rouge avait des vertus aphrodisiaques, elle fut nommée « pomme d’amour ». Au XVIIème siècle, la tomate commence, timidement, à être utilisée en cuisine. Les Ottomans l’introduisent en Crète et, aujourd’hui, elle est présente dans les préparations culinaires de l’île. Les plantes aromatiques en Crète Les plus utilisées sont les suivantes : La menthe sauvage (Agriosdismos), l’aneth (Anithos), herbes sauvages (Horta), le romarin (Dentrolivano), le persil (Maidona), la marjolaine (Mantzourana), le fenouil (Marathos) et le basilic (Vasiliko).

La nourriture en Crète

Lorsque l’on passe ses vacances en Crète, on a tendance à ne commander que les plats grecs classiques connus. Cependant, ne négligez pas les délicieuses spécialités crétoises. Vous les trouverez dans les villages, à l’intérieur de l’île, loin des zones touristiques. Le crétois mange beaucoup de légumes. Au printemps, il raffole des herbes sauvages comme le pourpier et la vita (feuilles d’amarante). Les viandes les plus utilisées dans la cuisine crétoise typique sont l’agneau, la chèvre, le lapin et le poulet. On trouve rarement du porc ainsi que du bœuf.

Une exception, les côtes de porc grillées qui sont servies, durant l’été, dans de nombreuses tavernes de l’île. Le fromage est consommé en entrée ou accompagne le repas. Les fromages produits sur l’île sont les suivants : Kefalotyri (sec et salé), la Graviera (sorte de gruyère) et surtout la Misithra, à base de lait de brebis. Les escargots (Hockli) sont très appréciés des crétois. Au printemps, dès la fin d’une averse, on peut voir les villageois, sac à la main, partir à la recherche de ces bestioles.

Les crétois les préparent en ragoût, avec de l’ail et des courgettes ou simplement poêlés dans de l’huile d’olive et arrosés de vinaigre, en fin de cuisson. Bref, c’est écrit dans de nombreux livres, si vous voulez vivre longtemps, mangez et vivez comme un crétois. Remplacez le beurre et la margarine par l’huile d’olive- mangez peu de viandes- mangez, sans modération, légumes et fruits- ne négligez pas les légumes secs, en hiver et buvez un seul verre de vin, à chaque repas. On peut ajouter : faites 10kms à pied par jour et prenez la vie du bon côté.

Les espèces protégées en Crète

creteEn Crète, depuis peu, grâce à l’aide financière européenne et à la collaboration active de l’Université Nationale d’Athènes, de la Direction Hellénique des Forêts de la région de Chania et de l’Institut Agronome Méditerranéen de Chania, des micro-réserves ont été créées afin de protéger les plantes endémiques de l’île ainsi que celles en voie de disparition. Ces micro-réserves sont constituées de parcelles protégées d’une vingtaine d’hectares, sélectionnées en fonction des plates qu’elles abritent. Cette technique a été testée à Valence (Espagne), en 1990 et fonctionne en Crète, depuis 1994. Leurs objectifs sont de faciliter la reproduction des espèces menacées et de déterminer les raisons pour lesquelles ces plantes sont menacées. Celles-ci peuvent être multiples : climat, environnement, sol, autres plantes, animaux, activités humaines.

À ce jour, on a déterminé, en Crète, 1734 plantes différentes ; 10% de celles-ci sont endémiques (elles existent seulement sur l’île), elles sont protégées par les directives européennes et la Convention de Berne. Par exemple, en 1967, le botaniste suisse Werner Greuter, a identifié une plante à bulbe fleurissant de décembre à février. Cette plante endémique, dénommée Androcybium Rechingeri, survit, aujourd’hui, sur les îlots d’Elafonissi, de Gramvoussa et de Falassarna, on la trouve nulle part ailleurs. Elle est menacée de disparition car fortement affectée par l’activité humaine et donc protégée par plusieurs décrets et conventions internationaux et nationaux.

Une réserve de deux hectares a été créée sur l’îlot d’Elafonissi. Une micro-réserve d’un hectare a été créée, dans les Montagnes Blanches (Lefka Ori), à Linoseli. C’est le seul endroit au monde où l’on peut voir la Bupleurum Kakiskalae. Cette plante vit 12 ans et, à l’exception de la dernière année de sa vie, elle ne produit que des feuilles. Avant de mourir, elle fleurit, en juillet et août. Ses belles petites fleurs de couleur jaune produisent des fruits qui, une fois arrivés à maturité, germent en décembre.

orchidée creteD’autres réserves botaniques existent en Crète. La plus importante se trouve près du village de Kotsogerako, sa superficie est de 12 hectares. Dans cette réserve pousse une magnifique orchidée qui fleurit à chaque printemps. Elle tente de survivre à plus de 700m d’altitude, vous ne la trouverez nulle part ailleurs qu’ici. La région de Sfakia et les Montagnes Blanches abritent d’autres réserves protégeant des plantes endémiques. À Fournoti, près du village d’Agia Roumeli, sur le flanc nord du Svourichti, la réserve protège une espèce rare, très fragilisée et sensible aux changements climatiques. On la nomme Nepeta Sphaciotica. Elle a été découverte, dans les années 50, par le botaniste anglais Peter Davis. Il est prévu de mener des campagnes de sensibilisation, surtout auprès des jeunes, afin d’apprendre aux crétois à respecter la flore de leur île et sa valeur. Bientôt, deux jardins seront accessibles au public : Omalos (jardin en altitude) et le deuxième en plaine. Ces deux projets n’ont pas encore vu le jour.

Le tourisme en Crète

tourism-en-creteAujourd’hui, la Crète fait face aux derniers envahisseurs, les touristes. L’île accueille plus de deux millions de vacanciers, chaque année, une source de revenus appréciable mais dévastatrice. Un des effets néfastes est l’invasion de fast-food à l’américaine ou de style oriental de pizzerias qui séduisent les jeunes crétois, le régime crétois se trouve, ainsi malmené et est, peut-être, en voie de disparition. Pour les générations futures, il risque de n’être plus qu’un souvenir lointain. Autre effet néfaste, l’alcoolisme, il ne fait pas encore des ravages mais les excès deviennent de plus en plus fréquents dans les mariages et les fêtes de village. La consommation de la viande semble être, également, en hausse, durant les festivités familiales, elle déborde des assiettes. L’avant-veille d’un mariage, un troupeau entier de moutons est abattu afin de fournir la viande pour le repas qui suit la cérémonie.